De l’évaluation des nageurs de haut niveau… à la détection des jeunes talents

Georges CAZORLA – Programme Évaluation Mission Recherche, INSEP
Richard MONTPETIT – Département d’Éducation Physique, Université de Montréal
Patrice Prokop, Direction Technique Fédération Française de Natation
Dr Jean-Pierre Cervetti, Département médical de l’INSEP

Combien de fois n’ai-je pas entendu cette prédiction enthousiaste dans la bouche d ‘un entraîneur: « Ce petit, vous en entendrez parler dans quelques années».
Les années ont passé et l’on n’a très souvent rien vu, soit que le gamin ait abandonné la natation sportive, soit que ses performances, son assiduité à l’entraînement n’aient pas été celles que son entraîneur espérait.

Tout éducateur physique est un jour confronté à la nécessité de prédire un avenir sportif à un jeune à partir de l’observation et de l’analyse de ses potentialités, de son comportement « sur le terrain », de sa capacité d ‘adaptation aux problèmes techniques rencontrés.

Ce n’est pas d’aujourd’hui que des chercheurs ont tenté de mettre en évidence les facteurs de la valeur physique.

Belin du Coteau avait ainsi déterminé dans les années 30 que les composantes de la valeur physique étaient constituées de l’addition et de la conjonction chez le même individu des valeurs de vitesse, adresse, résistance, force (V.A.R .F.).

C’était déjà la notion de tests généraux qui était ainsi révélée, sachant qu’ensuite restaient posés les problèmes individuels d’adaptation à une technique sportive spécifique. La natation s’était toujours située très en retard dans l’analyse des facteurs de la performance, car on a longtemps pensé que, dans un sport peu pratiqué en compétition, les qualités dites de «glisse» (sans d’ailleurs pouvoir définir ce que recouvrait objectivement cette notion)
étaient les seules capables d’induire la meilleure performance.

L’observation des meilleurs nageurs du monde en compétition ou à l’entraînement devait d’ailleurs conduire un observateur attentif à douter que ce fût la seule donnée de la réussite.

Dès 1976, sur ma demande, Georges Cazorla, alors professeur-sessionnaire à 1’/.N.S.E.P., se mit au travail avec les moyens du bord, ses connaissances en physiologie et en natation mais aussi avec son enthousiasme, pour tenter de nous aider à y voir clair et atteindre un certain nombre d’objectifs, à savoir :

1 – Déterminer les facteurs de la performance en natation.
2 – Élaborer dans différents domaines des tests simples permettant de classer les individus entre eux indépendamment d ‘un acquis technique.
3 – A partir des résultats obtenus, renseigner les individus et leur encadrement sur leurs chances d’atteindre le plus haut niveau de la compétition.

Très vite, Georges Cazorla sut intéresser à sa démarche diverses personnes ayant des compétences dans différents domaines et notamment l’équipe du professeur Rieu, Directeur du Laboratoire de physiologie de l’Université Paris V (Cochin), qui l’aida d’autant mieux qu’il put utiliser les services de 1’I.N.S.E.P.

La direction de l’établissement inscrivait en 1977 la détection de la valeur physique au centre de ses préoccupations et se mettait ainsi en
mesure de rendre les plus grands services aux fédérations, en fonction de leurs sollicitations.

Dès lors, à l’artisanat de départ fit place un processus d’expérimentations et d’analyses associant chercheurs et techniciens, processus dont les résultats permettent désormais, avec le recul nécessaire, à la F.F.N. de se fonder sur les résultats obtenus pour renseigner les nageurs, leurs parents et feurs entraîneurs sur leurs véritables chances et donc d’optimiser les résultats sportifs à terme.

La prochaine étape que doit se fixer la F.F.N., en liaison avec 1’/.N.S.E.P., est de permettre la décentralisation de «l’outil évaluation», pour aboutir à une meilleure fidélisation de notre clientèle «espoir» qui a besoin de niveaux de compétitions variables pour éviter le découragement et entretenir les motivations que permettent les potentialités de base et la capacité de travail physique de chacun.
G. CAROFF

Analyse des exigences de la haute performance en natation

– Les facteurs statiques
– Les facteurs dynamiques
– Les facteurs spécifiques

Choix des mesures, élaboration d’outils adaptés et résultats obtenus

Les mesures générales et leurs premiers résultats
– Environnement
– Entrainement
– Performances

Mesures spécifiques et premiers résultats

– Poids dans l’eau
– Mesures anthropométriques
– Mesure de la traînée résultante ou résistance passive

Applications au plus grand nombre
– Premier test ou test de flottabilité
– Deuxième test ou test du niveau de flottaison
– Troisième test ou test de «glisse»

Évaluation de la force de propulsion
– Technique du nageur attaché
– Technique des charges différentes à tracter
– Résultats

Consommation maximale d’oxygène (ou vo2 max)
– Technique de mesure directe du vo2 max au cours de la nage
– Calcul du V02 max par extrapolation de la courbe de récupération
– Détermination du V02 max par une épreuve supramaximale de courte durée

Estimation de l’âge biologique

Traitement des résultats

Étape de la détection
– A quel âge commencer la détection ?
– Quels tests et mesures proposer ?
– Comment organiser le recueil national des données ?
– Comment traiter les résutlats ?

Au sujet de l'auteur

Georges Cazorla – Docteur en biologie de l’activité musculaire - Président de l’Aréaps. Je suis actuellement : - Conseiller scientifique et membre du Comité Scientifique du centre d’évaluation et de préparation physique Monstade (www.monstade.fr) - Membre de la Cellule Recherche de la Fédération Française de Football

Apporter un commentaire 0 commentaires

Rejoignez notre newsletter pour recevoir toutes les actualités sur les activités et l'actualité de l'Association pour la Recherche et l’Évaluation en Activité Physique et en Sport.